Compilhistoire – L’EXORCISME

L’exorcisme est la pratique religieuse qui a pour but de délivrer une personne ou un lieu du démon ou de l’esprit malfaisant qui le possède, de l’exorciser (du latin exorcizare issu du grec exorkizein ; littéralement « chasser par des conjurations »).

D’usage courant dans les sociétés anciennes, l’exorcisme était basé sur la pratique de la magie.

La civilisation babylonienne antique avait des prêtres spéciaux qui détruisaient une représentation en argile ou en cire d’un démon, au cours d’un rituel destiné à détruire le vrai démon.
Des rites semblables existaient chez les Egyptiens et les Grecs de l’Antiquité.

Les Egyptiens croyaient surtout à la possession par les esprits des morts. Ils prononçaient des paroles sacramentelles et aspergeaient du suc de certaines plantes la maison du possédé, afin de la délivrer de l’esprit.

Les Perses pensaient que les mauvais esprits tournaient toujours autour des hommes pour s’introduire dans leur corps ; ils les écartaient par des prières.

L’exorcisme, destiné à délivrer le possédé, consistait chez les Grecs et les Romains, en des purifications, des sacrifices accompagnés de certaines formules sacramentelles. Les purifications se faisaient par des aspersions et des fumigations avec des plantes odoriférantes ou narcotiques. Les prêtres, ou même simplement des personnes vertueuses, se chargeaient d’exorciser.

La Bible fait plusieurs fois référence aux démons et à l’exorcisme.
Les Juifs ont un certain nombre de formules réputées irrésistibles pour chasser les mauvais esprits, qu’ils attribuent à Salomon, le prince des magiciens.
Le Nouveau Testament décrit plusieurs cas où Jésus chasse les esprits malfaisants par la prière et le pouvoir de son commandement.

De nombreuses religions (christianisme, hindouisme, bouddhisme, islam, etc.) ont conservé la pratique de l’exorcisme. Il a été maintenu dans l’Eglise luthérienne.

Suite : Compilhistoire – L’EXORCISME